Les petites histoires des plantes : la tulipe

Les petites histoires des plantes : la tulipe

Saviez-vous que la saison de la tulipe est actuellement en plein essor ? Elle s’étend de décembre à mai, vous permettant d’égayer votre intérieur grâce à leurs couleurs vives et variées. Aujourd’hui dans cette nouvelle histoire des plantes, nous nous intéressons à cette fleur commune à l’histoire hors du commun.

Histoire de la tulipe : la fleur des Sultans

Originaire de l’Himalaya, surnommée la Fleur des Sultrans, elle a longtemps été considérée comme le joyau secret de la Perse. Pendant des décennies, la tulipe était réservée aux riches jardins de Constantinople, et son commerce était jalousement interdit. Ce n’est qu’au 16e siècle que sa renommée passe les frontières ottomanes et parvient dans nos contrées.

Elle devient très rapidement un incontournable dans les Jardins européens, Louis XIV va l’adopter comme fleur officielle de la Cour. Les bourgeois vont alors dépenser des sommes faramineuses pour se procurer quelques bulbes, et c’est ainsi qu’un véritable marché va se construire autour du commerce de la tulipe, menant des familles entières à la faillite et à la ruine.

La première bulle spéculative de l’histoire

C’est en 1637 que la fièvre de la tulipe atteint son apogée, un seul bulbe se vendait au prix d’un an de salaire pour un artisan moyen et pouvait s’échanger contre un terrain de cinq hectares !

Il faut dire que la tulipe est bien différente de ce que l’on trouve sur le marché floral à l’époque, et sa popularité ne fait que croître au vu de l’intérêt que lui portent les élites. Les contrats pouvaient même se signer toute l’année, devant notaire, car les bulbes étaient déracinés et transportés assez facilement, même hors saison. C’est donc une véritable bourse de la tulipe qui s’est ouverte à cette époque.

Mais tous les marchés financiers, celle-ci s’effondre complètement au bout d’un an, les acheteurs se désintéressent de la tulipe, laissant des vendeurs ayant dépensé toutes leurs fortunes dans les bulbes, complètement ruinés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.